RSS Facebook Twitter
parlement europeen
 

Résultats des élections européennes

L’enjeu de l’élection européenne du 25 mai 2014 était d’élire 74 députés représentant la France sur les 751 que compte le Parlement Européen. En France, selon la dernière totalisation du ministère de l’Intérieur, le FN aurait recueilli 24,96% des voix, l’UMP 20,80%, le PS associé au PRG 13,98%, l’UDI*MoDem 9,90%, EELV 8,92%, le Front de Gauche 6,34%. Les 4 Députés sortants du MoDem sont réélus : Marielle de Sarnez (Ile de France), Robert Rochefort (Sud-Ouest), Nathalie Griesbeck (Est) et Sylvie Goulard (Sud-Est). L’UDI quant à lui obtient 3 sièges.

La région Nord-Ouest de la France ( Haute et Basse Normandie, Picardie et Nord Pas de Calais)  avait 10 députés à élire. Le FN aurait recueilli 33,61% des voix, l’UMP 18,75%, le PS associé au PRG (Parti Radical de Gauche) 11,78%, l’UDI*MoDem 9,38%, EELV 7,15%,  le Front de Gauche 6,38%, selon la dernière totalisation du ministère de l’Intérieur. Le FN aurait donc 5 sièges, l’UMP 2 sièges, PS-PRG 1 siège, UDI-MoDem 1 siège (Dominique Riquet), EELV 1 siège.
La réaction de François Bayrou est la suivante:

– Quelle analyse faites-vous des résultats d’hier soir ?

« Ce qui se passe en France est extrêmement éclairant. Nous allions vers un drame, c’était une évidence, car la vie politique française est en état de décomposition. Cela est vrai depuis de nombreuses années car la France n’a pas fait face aux difficultés qui étaient les siennes.

Aujourd’hui nous nous retrouvons devant une abstention de 60% et parmi les 40% de votants, un quart a choisi le Front National. Maintenant il y a au moins une force de renouvellement de la vie politique française, c’est le Centre qui se reconstitue entre le Modem et l’UDI avec 10% des voix. »

– Vous vouliez apparaître comme une alternance (L’Alternative) et c’est le FN qui finalement joue ce rôle ?

« Je ne crois pas cela. Le Front National propose des solutions qui sont insoutenables et invivables. Son programme est impossible à défendre pour quiconque qui exercera des responsabilités quelles qu’elles soient. Refermer les frontières de la France, être obsédé par l’origine de ceux qui forment notre pays, tout cela est dangereux.

Ce mouvement de protestation que beaucoup de Français ont choisi à travers ce vote ne sera pas un mouvement de construction pour l’avenir. Il revient donc à ceux qui ont pris conscience depuis très longtemps de ce qui allait se passer et qui ont des solutions soutenables et vivables, de prendre leurs responsabilités. »

– Jean-François Copé dit qu’il faut additionner le score de l’UMP et celui de l’UDI-MoDem, vous êtes d’accord ?

« Cela participe d’une présentation de soir d’élection. C’est une élection à la proportionnelle dans laquelle chacun exprime des idées et dans laquelle chaque électeur a fait son choix. Il existe une force de renouvellement. Chacun sait la gravité de la crise dans laquelle va rentrer l’UMP à ce jour. On a besoin d’une force qui ne ressemble en rien à tout ce qui s’est fait depuis des années. Une force qui a la lucidité d’analyser les causes des difficultés et qui a la capacité d’apporter des solutions nouvelles. Pour tous ceux qui veulent éviter l’aventure des extrêmes, le Centre est la seule force politique de ce type en France. Le Centre se reconstruit autour de l’UDI et du MoDem avec hier, près de 10% des voix. »

– Au Parlement Européen, l’UDI siège avec le PPE alors que le MoDem siège avec les libéraux, comment allez-vous faire ?

« Soyons précis. Nous sommes les promoteurs d’un nouveau Parti Démocrate Européen dont je suis le Président en compagnie Francesco Rutelli pour l’Italie. Ce parti a un certain nombre d’élus et il a passé une alliance au centre de la vie politique européenne au sein de l’ADLE (Alliance des Démocrates et des Libéraux Européens). Libéraux, qui dans les autres pays européens, sont des forces centristes. Vous avez noté l’échec de l’extrême droite aux Pays-Bas. Les deux partis sortis vainqueurs sont dans l’ADLE.

Nous siègerons donc au centre de la vie politique européenne et il n’y aura pas de majorité sans nous ! Comme nous l’avions annoncé, il n’y ni majorité à droite, ni majorité à gauche au Parlement Européen. Le Centre a un candidat en la personne de Guy Verhofstadt et j’espère que le Centre va marquer le renouveau des institutions européennes comme il doit marquer le renouveau de la vie politique française. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire